Tuer avec la méthode Ikejime

Hello les aquaponistes,

Il y a deux ans j’avais rédigé un article sur « comment tuer un poisson sans souffrance » , la méthode présentée était efficace mais j’ai, depuis, découvert une méthode traditionnelle japonaise qui change vraiment la donne, même si elle reste un peu technique les premières fois.

J’ai découvert cette méthode il y a un mois lors de la récolte de quelques tilapias pour notre consommation. D’après ce que j’ai lu, cette méthode tend à se populariser depuis quelques années dans l’hexagone.

Qu’est-ce que la méthode Ikejime ?

Avant toute chose, sachez que j’ai encore beaucoup de mal à tuer pour manger. Ayant du respect pour ces poissons que j’ai vu grandir depuis leur naissance, je me suis documenté pour espérer trouver une sorte de rituel qui permette d’offrir la mort la moins atroce possible et dans le respect de la vie donnée de l’animal pour nous qui allons le consommer.
Après pas mal de lectures et recherches, je suis tombé sur une méthode du nom de Ikejime qui permet de tuer le poisson d’une mort vive, entendez par là une mort cérébrale immédiate. A noter qu’il est également possible de l’écrire Ikijime.

La méthode Ikejime permet de détruire en quelques secondes le système nerveux du poisson, moelle épinière comprise, tout en permettant au cœur de continuer à battre.

Comment pratiquer l’ikejime?

Pour pratiquer l’ikejime, il vous faudra un pic en métal bien solide. Vous allez devoir maintenir le poisson de sorte qu’il ne bouge pas et que vous puissiez facilement insérer le pic pratiquement entre les deux yeux du poisson, légèrement au dessus, là où se trouve son cerveau.
Une fois le cerveau détruit, il vous faudra une fine tige métallique que vous allez insérer dans la colonne vertébrale du poisson, de manière à détruire sa moelle épinière. Lorsque la tige métallique entrera dans la moelle épinière, vous allez voir le poisson bouger mais ne vous inquiétez pas, il ne ressent plus rien car il est déjà mort, c’est seulement ses organes qui répondent encore aux stimulis.

Une fois la tige bien insérée, vous pouvez faire quelques va-et-vient pour détruire totalement la moelle et ensuite, vous pourrez lui trancher les artères et de le laisser se vider de son sang pour bien le conserver.

Avantages de tuer avec l’ikejime

Outre cet aspect de mort « indolore », il y a de nombreux avantages gustatifs et de conservation à tuer les poissons de la sorte.
Les organes d’un poisson venant de subir un Ikejime continuent de fonctionner, à l’exception de son cerveau. La mort par Ikejime permet alors de profiter des derniers battements du coeur pour vider totalement le poisson de son sang afin qu’il se conserve mieux. C’est principalement à cause du sang que le poisson se conserve mal.

La mort n’ayant pas provoqué de stress, de contraction, ni de douleur, le poisson garde une chair très tendre et agréable ainsi qu’une texture qui fait saliver.

Vidéo de démonstration de l’ikejime

Je vous invite à découvrir ce reportage sur l’ikejime à Quiberon, avec un pêcheur nommé Daniel Kerdavid.

J’espère que cet article vous aura intéressé et que vous pourrez vous aussi proposer une fin plus noble à vos poissons.

N’hésitez pas à laisser un commentaire avec votre avis et vos expériences sur l’Ikejime si vous connaissiez déjà la méthode.

 

Pierre H.

Tipeee Aquaponie

4 réactions au sujet de « Tuer avec la méthode Ikejime »

  1. Antigonos Réponse
    Bonjour,
    La destruction de la moelle épinière permet à mon avis de faire cesser toutes les contractions réflexes. De cette manière les muscles restent tendres.
    La techniques est très intéressante mais il faudrait arrêter de projeter partout des sentiments humains sur des êtres vivants différents. Les Poissons ont un cerveau très primitif organisé très différemment de celui des autres Vertébrés, il n’a aucun intellect par exemple. Le concept de souffrance suppose un minimum de conscience qui permet d’en faire quelque chose, en particulier de l’éviter par anticipation. Un Mammifère souffre, pas un Poisson, pas plus qu’une moule ou une méduse… Le fait de réagir à une agression physique n’a rien à voir avec la souffrance (il y en a même sans cerveau) mais l’inverse est vrai également : ce n’est pas parce que l’on reste immobile que l’on ne souffre pas.
  2. Sébastien LADRANGE Réponse
    Bonjour Poulpe,
    Tout d’abord, merci à Pierre pour cet article sur l’ikejime . Le principe de destruction de la moelle epiniere est de supprimer les message aux differents muscle que le poisson est mort et ainsi ameliorer la conservation ( maturation) et le goût . Nous pratiquons l’ikejime pour l’abatage de nos Tilapia et il y a vraiment une difference, en terme de d’abord de respect mais de texture egalement.

    Sebastien,

  3. Poulpe Réponse
    « insérer le pic pratiquement entre les deux yeux du poisson, légèrement au dessus, là où se trouve son cerveau.
    Une fois le cerveau détruit, il vous faudra une fine tige métallique que vous allez insérer dans la colonne vertébrale du poisson, de manière à détruire sa moelle épinière. Lorsque la tige métallique entrera dans la moelle épinière, vous allez voir le poisson bouger mais ne vous inquiétez pas, il ne ressent plus rien car il est déjà mort, c’est seulement ses organes qui répondent encore aux stimulis.

    Une fois la tige bien insérée, vous pouvez faire quelques va-et-vient pour détruire totalement la moelle »

    Bonsoir
    Je ne comprend pas bien pourquoi on détruit la moelle épinière ?
    Quel est l’objectif ?

    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.